Une délégation polynésienne composée de la députée de Polynésie française Maina SAGE ainsi que du délégué interministériel au climat Bran QUINQUIS et de la correspondante du Bureau des Affaires européennes, s’est rendue à Bruxelles le 20 octobre 2015 pour participer à la journée d’information de l’Association des Pays et Territoires d’Outremer (OCTA) et à la Conférence sur les « partenariats outre-mer » organisée par l’eurodéputé Maurice Ponga.

L’ « infoday » de l’OCTA a permis de présenter aux représentants des institutions européennes, du secteur privé et des organisations internationales, les stratégies et projets des Pays et Territoires d’Outre-mer en matière d’énergies renouvelables, de climat, de santé publique et d’innovation. Bran Quinquis, Manager innovation de la Polynésie française, a présenté les priorités de la stratégie territoriale d’innovation, projet financé sous le 10ème Fonds européen de développement qui financera des projets pilotes d’innovation dans les territoires. La présentation du délégué polynésien a mis l’accent sur l’innovation comme « porte de sortie de l’impasse climatique pour les îles les plus éloignées ».

La députée Maina SAGE a quant à elle présenté les impacts multiples du changement climatique en rappelant que la protection de la biodiversité n’était pas qu’une question environnementale, mais bel et bien un enjeu de survie pour les populations des îles éloignées notamment celle des atolls ; des populations qui tirent leur nourriture et leurs économies traditionnelles des ressources naturelles qui les entourent. « Le changement climatique ne connait pas de frontière et n’a pas de nationalité » a déclaré la députée avant d’ajouter que des financements appropriés sont nécessaires pour lutter contre le changement climatique.

Sollicitant les institutions européennes à prévoir un fonds exceptionnel dédié à l’adaptation des RUP et PTOM au changement climatique, la députée a conclu en relayant le message lancé par le président FRITCH le 15 octobre dernier invitant la communauté internationale à « bleuir » le fonds vert pour le climat et relever le défi de Paris pour les îles et les océans à l’instar du défi de Bonn pour les forêts.