La députée Maina Sage a interpellé la semaine dernière à l’Assemblée nationale l’État sur la question des visas dits de long séjour pour les professionnels et investisseurs » et « le soutien massif aux investissements attendus dans le domaine de l’hôtellerie et du transport aérien ».

Tourisme : Maina Sage interpelle l'EtatUn an et demi après les 27 recommandations en faveur du développement du tourisme outre-mer rédigée par le ministère du Tourisme à Paris, la députée Maina Sage a interpellé la semaine dernière en séance publique à l’Assemblée nationale Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé de la promotion du tourisme sur  » deux points majeurs pour la Polynésie française ». « Le premier concerne la facilitation des visas pour les investisseurs », a indiqué Maina Sage. « Nous avons constaté des avancées pour les professionnels, mais en ce qui concerne les investisseurs, nous souhaiterions véritablement pouvoir disposer de visas spécifiques long séjour, ce qui permettrait de développer l’investissement dans nos territoires, notamment via des offres hôtelières de type time-sharing ou villas de long séjour. »

Sur ce point, le secrétaire d’Etat lui a répondu que « nous avons instauré une dispense de visa pour les ressortissants étrangers titulaires d’un visa Schengen à entrées multiples, et nous l’avons étendu à onze pays. Ce travail sera poursuivi l’an prochain. »

Le deuxième point soulevé par Maina Sage « concerne le soutien massif à l’investissement dans des secteurs clés du tourisme tels que l’hôtellerie, mais aussi les transports aériens et maritimes ». « Plusieurs dossiers concernant les aides à la défiscalisation sont en cours d’instruction dont ceux d’Air Tahiti, la compagnie domestique qui est le poumon touristique de la Polynésie, et de sa grande sœur, Air Tahiti Nui, qui assure le trafic international », a-t-elle rappelé.

Le secrétaire d’Etat lui a répondu : « Nous avons à cœur de construire des multi-destinations qui permettront tant aux outre-mer qu’à ces pays de mener un travail intégré. Le programme d’investissement d’avenir et le fonds mis en place à la Caisse des dépôts et consignations pour le développement de projet touristiques sont tous deux ouverts aux destinations ultramarines. »

La semaine dernière, la ministre des Outre-mer a aussi annoncé un accord de principe à la défiscalisation d’un avion de type ATR 72-600 pour la compagnie Air Tahiti, pour un montant de 1,108 milliard Fcfp. La compagnie Air Caraïbes, spécialiste des Antilles et de la Guyane, a aussi obtenu le feu vert de Bercy.

Source : Tahiti infos