Plusieurs dizaines de dirigeants sont réunis mardi à Paris pour donner un coup d’accélérateur à la lutte contre le changement climatique. C’est dans ce cadre que la ministre des Outre-mer a annoncé l’extension du fonds vert à tous les Outre-mer. Retour sur ce dossier en trois actes.

Acte 1 Suppression en commission

Auditionnée le lundi 30 octobre à l’Assemblée nationale concernant le budget 2018, Annick Girardin avait annoncé la suppression du Fonds vert. Ce fonds visait à lutter contre les effets du réchauffement climatique dans le Pacifique, en particulier en Polynésie. Il s’agissait de prêts à taux zéro pour financer des projets d’atténuation ou d’adaptation aux changements climatiques, tels qu’une école bioclimatique, des lampadaires photovoltaïques, etc.

La députée de Polynésie Maina Sage jugeait cette décision incohérente. La ministre des Outre-mer affirmait de son côté « On ne peut pas se contenter d’un fonds vert destiné à la Polynésie (…), il faut qu’on ait un fonds vert pour tous les territoires d’outre-mer », avait-elle déclaré souhaitant que ce fonds ne soit pas financé uniquement par le budget Outre-mer.

L’idée est « d’abonder le fonds vert de manière plus importante sur l’ensemble des territoires Outre-mer », en s’appuyant pour cela sur le sommet Climat du 12 décembre à Paris qui « doit nous servir pour obtenir ce fonds vert », avait expliqué la ministre le jeudi 9 novembre, assurant que « tous les projets engagés en 2018 seront financées » et qu’elle étudierait « au cas par cas les dossiers qui sont prêts ».

 

Acte 2 Sauvetage à l’Assemblée nationale

A l’Assemblée nationale, lors du vote du budget Outre-mer 2018, le fonds vert a été sauvé grâce à un amendement de la députée de Polynésie Maina Sage (Constructifs). Le texte visant à conserver ce fonds vert a été adopté par 46 voix contre 40, malgré l’avis défavorable du gouvernement. Regardez ci-dessous le reportage de France Ô/ Outremer 1ère :

L’équivalent Fonds Vert reconduit à l’Assemblée nationale

Acte 3 Extension à tous les Outre-mer

A l’occasion du One Planet Summit, Annick Girardin, ministre des outre-mer, a donc annoncé l’extension du fonds vert à tous les Outre-mer en 2018 afin d’accompagner les projets d’adaptation au changement climatique dans tous ces territoires.

Trois mois après le passage d’Irma et de Maria aux Antilles, Annick Girardin a donc décidé d’étendre ce dispositif qui fonctionne sur la base de prêts à taux zéro. Il sera mis en oeuvre par l’Agence Française de Développement.

Le fonds vert, nouvelle version, devra permettre de doubler les initiatives financées en matière d’adaptation au changement climatique des collectivités des territoires d’outre-mer. Les Assises des Outre-mer, qui s’achèveront au printemps, permettront de faire remonter les projets éligibles à ce dispositif et d’en préciser les contours.

Source : Outremer 1ère (12/12/2017)