De retour d’une mission d’information parlementaire dans les Antilles, Maina SAGE, Députée de la Polynésie française, a souhaité s’associer à sa collègue Claire JAVOIS pour interpeller le Gouvernement sur la situation particulièrement alarmante de Saint-Martin où 90% du bâti a été touché.

Saint-Martin, il y a urgence à reconstruire

Si la mission a pu constater des moyens exceptionnels conséquents déployés par l’État aux côtés de la Collectivité, elle remarque que le chantier reste immense sur le plan économique et social. À 3 mois de la prochaine saison cyclonique, tout reste encore à reconstruire, notamment sur la collectivité de Saint-Martin où les acteurs restent très inquiets des lenteurs des chantiers.

Parmi les urgences, quelques priorités :

  1. La sécurisation des personnes en habitat précaire : 1700 places identifiées en abris de survie, pour 10 000 personnes qui seraient concernées. L’Etat doit être en mesure de les mettre en sécurité en cas d’un nouveau cyclone ;
  2. L’accélération des remboursements par les assureurs : seulement 71 milliards xpf (600 millions d’euros) sur les 214 milliards xpf (1,8 milliard d’euros) prévus ont été versés. Il faut accélérer le pas et surtout augmenter les parts des premiers versements qui sont nettement insuffisants ;
  3. La reconstruction des écoles et leur sécurisation
  4. Le déblaiement, essentiel à l’activité touristique : l’état écologique de Saint-Martin est en effet catastrophique (déchets, tôle, bois, gravats, panneaux de signalisation, cimetière de bateaux à terre et dans l’eau,). Il faut donc soutenir un plan exceptionnel de ré-embellissement de cette île, qui vit d’abord de son tourisme. Sur ce point, Maina SAGE tient à saluer l’annonce de la Ministre des Outre-mer d’un vaste plan de nettoyage avant la prochaine période cyclonique qui permettra de limiter le risque que ces déchets ne se transforment en projectiles lors d’un prochain événement climatique.

 

Le Fonds caribéen pour la reconstruction

A ce titre, la députée polynésienne a souhaité savoir où en était la mise en place du Fonds public-privé de 3 milliards de dollars annoncé par le président MACRON lors du One Planet Summit pour soutenir la reconstruction de l’espace caribéen. Elle a d’ailleurs rappelé l’ambition du chef de l’Etat de parvenir à un niveau d’action équivalent dans le Pacifique. Les Outre-mer étant gravement menacés par les dérèglements climatiques, elle a insisté lors de sa question au gouvernement sur l’importance pour eux d’accéder à tous les mécanismes financiers « nous pouvons organiser l’aide internationale pour les territoires voisins, mais il ne faut pas oublier nos propres territoires ultramarins ».

Face à l’urgence d’agir, la délégation parlementaire convoquera ses membres le mercredi 28 mars prochain pour dresser la liste des priorités d’actions à mettre en œuvre. Une attention particulière sera accordée à Saint-Martin.