Maina Sage a posé une question au gouvernement sur le retour de la participation de l’État au Régime de Solidarité de Polynésie française (RST – RSPF), qui a fait l’objet d’une négociation avec l’État et de la publication d’un rapport de  l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Lire le texte de l'intervention

Monsieur le président, mes chers collègues, les députés polynésiens Jonas Tahuaitu et Jean-Paul Tuaiva se joignent à moi pour adresser cette question à Mme la ministre des affaires sociales et de la santé.

Madame la ministre, la Polynésie française sort d’une décennie de crises politiques qui a fortement impacté nos comptes économiques et nos régimes sociaux. Quelques chiffres : sur cinq ans, notre PIB s’est contracté de 10 % et le taux de chômage a quasiment doublé, avoisinant 22 %. De ce fait, notre régime de solidarité a été gravement touché : le nombre de bénéficiaires a doublé, passant de 44 000 à 80 000 en dix ans, et le coût global atteint 225 millions d’euros par an.

Sachez que ce régime est un véritable amortisseur social pour les Polynésiens les plus démunis, qui ne bénéficient pas des dispositifs sociaux métropolitains. La situation s’est d’autant plus dégradée que l’État a décidé en 2008 d’interrompre brutalement sa participation financière. En juillet de l’année dernière, mon prédécesseur, Édouard Fritch, vous interpellait sur le retour du financement de l’État, et vous vous êtes alors engagée à envoyer une mission de l’IGAS afin d’évaluer notre système de santé. C’est chose faite depuis le mois de décembre dernier et, avec beaucoup de retard, quelques conclusions techniques nous sont enfin parvenues.

Sachez que pendant ce temps, la nouvelle majorité, élue en mai 2013, s’est engagée à moderniser notre régime de solidarité pour mieux en contrôler l’accès. Cette réforme s’inscrit dans un train de mesures courageuses que vous avez entreprises. Je suis convaincue que nous sommes sur le bon chemin. Mais nous avons encore besoin de l’État. Aussi pouvez-vous nous dire très concrètement quelle est votre position sur le retour du financement de l’État au RSPF ?

Lire le compte-rendu de la session