L’Assemblée nationale vient d’adopter à l’unanimité la proposition de loi relative à la coopération régionale Outre-mer. Ce texte, qui ne vise que les territoires relevant de l’article 73 de la Constitution (Guadeloupe, Guyane, Martinique, la Réunion et Mayotte), vient renforcer leurs compétences en matière de négociation dans toutes les actions de coopération d’ordre économique, culturel ou environnemental. Les collectivités d’Outre-mer relevant de l’article 74, dont la Polynésie, ont en effet d’ores et déjà quasiment les mêmes possibilités d’actions régionales désormais accordées aux territoires relevant de l’article 73.

La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Réunion et Mayotte pourront ainsi désormais mieux prendre part aux enjeux de leur région tout en contribuant au rayonnement de la France dans le monde.

Félicitant l’avancée majeure qu’il représente pour ses compatriotes ultramarins, Maina SAGE, intervenant pour le groupe UDI, a demandé l’harmonisation de ce dispositif à l’ensemble des Outre-mer. En effet, la seule avancée majeure dont les collectivités d’Outre-mer comme la Polynésie française ne disposent pas, est celle liée aux nouveaux statuts des agents territoriaux placés en ambassade. Une prochaine loi organique devrait donc permettre de leur étendre ces dispositions.

En outre, un amendement du Gouvernement a permis, à la demande de la Polynésie française, l’adhésion de cette dernière à l’Agence France Locale ; un organisme spécialisé dans la levée de financements aux profits de collectivités locales partenaires, sous forme de prêts bancaires.

Une occasion de pointer l’évidence pour ces territoires d’être éligibles à des mécanismes financiers adaptés, tels que le Fonds Vert, pour mettre en œuvre des stratégies régionales efficaces.

Consulter le compte-rendu complet de la séance