Contrairement à Jonas Tahuaitu, Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva n’ont pas voté la motion de censure déposée pourtant par leur groupe, l’UDI, associé l’UMP, contre le gouvernement central, pour avoir utilisé l’article 49-3 pour faire passer le projet de loi Macron.

La député polynésienne considère que « ni le recours à l’article 49-3, ni la motion de censure n’ont véritablement de sens ». Elle affirme aussi que, même en étant dans l’opposition, le gouvernement central « fait preuve d’écoute » et que malgré les difficultés auxquelles il doit faire face, « il essaie d’être aux côté de la Polynésie ».

Source : Radio 1