L’Assemblée nationale a adopté mardi soir le budget outre-mer pour 2016. Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva se sont abstenus pour protester contre les atteintes à la Dotation globale d’Autonomie. L’ambiance était pesante, ce mardi soir à l’Assemblée nationale, à l’occasion de l’examen du budget de l’outre-mer pour 2016. Pour s’opposer aux économies recherchées par l’Etat, les députés des collectivités du Pacifique présents ont invoqué l’Histoire. Et l’essentiel des débats a tourné autour de la Polynésie et de la baisse annoncée de la Dotation globale d’autonomie. Cette « dette nucléaire » a été mise en place à la fin des essais et devait être pérennisée dans le temps. Mais « depuis trois ans, vous avez raboté cette dotation », a reproché Maina Sage pour qui baisser cette DGA serait « une fausse note » à la veille de commémorer les 50 ans du premier tir nucléaire en Polynésie.Jean-Paul Tuaiva insiste. Baisser la DGA serait « une humiliation morale » pour les Polynésiens à l’heure où « l’Etat peine à indemniser les victimes ». Puis, il évoque son beau-père qui, après avoir travaillé durant 12 ans à Moruroa, est aujourd’hui atteint d’un cancer de la thyroïde. « Lorsque je vois les effets sur lui au quotidien, ça me fait mal au cœur », dit-il dans l’hémicycle.

George Pau-Langevin, la ministre des Outre-mer, affirme avoir conscience de la portée symbolique de la DGA mais doit trouver un équilibre entre « le respect de l’orthodoxie budgétaire et les victimes ». Malgré la bonne volonté de la ministre, les deux députés polynésiens (Jonas Tahuaitu était absent) se sont abstenus pour protester contre ces attaques contre la DGA. Après la séance, la ministre s’est engagée à confirmer le maintien du montant financier par courrier. Mais après les paroles, les députés polynésiens attendent désormais des actes. « Encore une fois : Wait and see », conclut Jean-Paul Tuaiva.

 

COMMUNIQUE DE MAINA SAGE ET JEAN-PAUL TUAIVA

L’Assemblée nationale a adopté ce mardi le budget de l’outre-mer pour 2016. Au cours de la discussion les députés Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva pour la Polynésie française et Philippe Gomes pour la Nouvelle-Calédonie sont revenus en détail sur le projet de loi de finance. Jean-Paul Tuaiva a fortement déploré le « coup de rabot » opéré sur la dotation globale d’autonomie (DGA) et insisté sur la nécessité pour les outremers d’être accompagnés dans leur transition énergétique.La DGA étant menacée d’être réduite à nouveau de 4 millions d’euros, les députés polynésiens, appuyés par leur collègue calédonien, sont intervenus à plusieurs reprises pour rappeler le caractère symbolique de cette dotation issue de « l’après nucléaire ».La ministre George Pau Langevin s’est engagée formellement à effectuer une compensation de équivalente sur ses crédits internes relevant des frais de gestion du ministère. Cet engagement en séance devrait faire l’objet d’un écrit formel du gouvernement. Dans l’attente, les députés polynésiens se sont officiellement abstenus au moment du vote sur la mission outre-mer.

Outre la DGA, les députés ont rappelé l’importance de maintenir les aides à l’investissement après 2017 afin d’apporter un maximum de visibilité aux entreprises ultramarines. La ministre a confirmé l’extension du dispositif à 2020.

Demain les députés défendront en commission une extension à 2025 afin d’insister sur la nécessité de garantir la pérennité des dispositifs à long terme, d’autant que les dispositifs liés aux COM-PTOM ne sont pas contraints par la réglementation européenne.

Les parlementaires ultramarins seront nombreux demain en commission pour défendre cette extension tant attendue par l’outremer.

Source : Tahiti Infos