Ce mardi, les 577 députés élus ou réélus il y a dix jours font leur rentrée. Parmi les temps forts : l’élection du nouveau président de l’Assemblée, et une première rentrée pour nos deux députés polynésiens : Sanquer et Brotherson.

L’Assemblée nationale a un nouveau président : François de Rugy. Ancien membre d’Europe Ecologie – Les Verts, il avait participé à la primaire de la gauche avant de soutenir Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle.

© AFP

© AFP

Comme le veut la tradition, c’est le doyen d’âge, le député le plus âgé qui a ouvert la première séance de cette nouvelle mandature, ce mardi 27 juin. En tant que l’un des plus jeunes députés, le Guyanais, Lénaïck Adam, a lui aussi participé au processus de l’élection du président de l’Assemblée. Il n’a que 25 ans.

Parmi les 577 députés, quelques petits nouveaux font leur premier pas ce mardi. C’est la cas de la nouvelle députée de la Polynésie française Nicole Sanquer. L’élue du Tapura a décidé de siéger au sein du groupe UDI-Les Constructifs, comme sa collègue Maina Sage. Un groupe qui se range dans une opposition constructive, prêt à soutenir les textes du gouvernement qui iront selon elles dans le bon sens.

© Facebook Maina Sage

© Facebook Maina Sage

Nicole Sanquer a livré ses premières impressions. Par rapport aux séances à Tarahoi, elle est ressortie très impressionnée.

Brotherson siège avec GDR

Du côté de Moetai Brotherson, le député du Tavini a fait sensation lors de son arrivée à l’Assemblée. L’élu est arrivé vêtu certes d’une cravate, comme l’exige l’Assemblée, mais aussi d’un lavalava, costume traditionnel polynésien. Une tenue vestimentaire qui a fait le buzz sur la toile.

© Facebook Moetai Brotherson

© Facebook Moetai Brotherson

Cette rentrée remarquée, le député polynésie aurait eu des discussions avec Jean-Luc Mélenchon. Lors d’une conférence de presse, Jean-Luc Mélenchon a en effet confirmé que des discussions ont bien eu lieu avec Moetai Brotherson pour lui proposer d’intégrer le groupe politique de la France Insoumise. Finalement, Moetai Brotherson a choisi de siéger au groupe GDR, avec les élus communistes. « Il est un peu éloigné de notre vision des choses plus émancipatrices« , confie le député polynésien.

Pour autant, Jean-Luc Mélenchon ne ferme pas la porte. Il détaille même les points sur lesquels ils sont tous les deux d’accords.

Source : Polynésie 1ère