© (D.R.)Les parlementaires polynésiens sont inquiets de la disparition annoncée fin 2017 de la loi Girardin. Après l’intervention du député calédonien Philippe Gomes, c’est Maina Sage qui est montée au créneau dans le cadre d’une question écrite au ministre des finances français pour demander le maintien du dispositif.

 

La loi Girardin est perçue comme un véritable soutien à l’investissement local. Ecoutez les inquiétudes de Michel Monvoisin, le PDG d’ATN, au sujet de la disparition de la loi Girardin, et ceci alors que la compagnie souhaite renouveler sa flotte.

Source : Polynésie 1ère