Face à la richesse des écosystèmes ultramarins, Maina Sage et Jean-Paul Tuaiva ont défendu aux articles 5 et 9 de la loi biodiversité, avec leurs collègues d’outre-mer, plusieurs amendements visant à renforcer la place de ces territoires dans les instances décisionnelles et consultatives nationales ; ainsi que les moyens qui leur seront dédiés.

Appuyée par le gouvernement, une large majorité a validé leurs deux amendements :

  • Amendement n°465 : pour assurer, au sein du Conseil d’administration de l’agence française pour la biodiversité, une représentation des outre-mer à la mesure de la part de ces territoires dans la biodiversité française.
  • Amendement n°1558 : pour assurer au sein des délégations territoriales de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) une représentation des enjeux de la biodiversité ultramarine à la hauteur de la part de la richesse des différents DOM et COM, notamment de chacun des trois bassins océaniques, dans la biodiversité française.

Ils permettront ainsi d’une part à cinq représentants issus des différents bassins océaniques d’Outre-mer d’être au cœur des décisions de l’AFB et, d’autre part, aux COM qui le souhaiteraient, de bénéficier d’une délégation locale de l’Agence en partenariat avec l’Etat.